3.6.08

Peter Doig au Musée d'Art Moderne

J'ai d'une certaine manière un grand plaisir à sortir perplexe d'une exposition, parce qu'elle me confronte à mes limites. Et en général c'est un signe de qualité, ce qui ici a été le cas.

Charles Saatchi a fait de Peter Doig une égérie de la nouvelle peinture figurative, présentée comme un mouvement artistique transeuropéen dans son packaging promotionnel il y a quelques années. Cette starification a été nuisible à sa réception : perçu comme un phénomène de mode, je ne voyais qu'une efficacité picturale qui serait vite galvaudée. J'en étais restée à cet état d'esprit en entrant dans l'exposition, dérangée par l'efficacité des grands formats, l'aspect décoratif et le registre fabuleux de ses toiles. Au bout d'une centaine de toiles, les subtilités de sa peinture se sont dessinées.

Son inspiration est symboliste : Gustave Moreau, Munch et les fauves font leur apparition comme des héros oubliés dont on redore le blason. Peter Doig part de l'imaginaire pour arriver à la couleur et ses toiles reflètent une compréhension intime et complexe de leurs oeuvres.
Le souvenir de la nature est omniprésent, il y a aussi beaucoup d'évocations des mythologies de la forêt. L'effusion sentimentale de la beauté des bois peut paraître niaise. Or les qualités picturales des toiles la contredisent. Les effets de matière de la peinture oeuvrent au rendu des toiles comme matières organiques : rugosités de l'écorce, piquant des herbes folles ou douceurs des mousses et feuilles lisses. Certains motifs reproduisent la nature : structures en tissus, formes fractales ou cellulaires.
On est dans le vaste monde des merveilles de la nature en même temps il ne s'agit pas d'histoires d'enchantement d'ondin, une prégnance de la modernité se discerne. Certaines tonalités de couleur complètement artificielles présentent une opposition saisissante avec la nature verdoyante. Il y a aussi un fort contraste entre les formes naturelles au lignes courbes et les lignes géométriques de l'architecture dans les paysages. D'autre part, on perçoit l'influence de la photographie sur son travail, particulièrement dans certains rendus "plats". Ces effets de contrastes présente un portrait émouvant des contradictions de l'homme moderne avec la "représentation" de la nature.








5 commentaires:

Uncle Jesse a dit…

i like his work. i wish i could have seen this show!

François a dit…

J'ignorais que Peter Doig était une star! D'un côté ça m'étonne, vu qu'il fait dans la figuration, et de l'autre ça ne m'étonne guère, étant donné la beauté de ses oeuvres et le fait qu'elles soient exposées au MAM.
Merci pour votre description, qui met bien en valeur les rapports entre la chose évoquée (la forêt, l'eau) et les formes d'évocation (jeux de matière, de couleur...) En revanche, pourquoi dire qu'il part de l'imaginaire pour arriver à la couleur? L'inverse ne serait-il pas possible? (c'est une vraie question)

François a dit…

Merci également pour ton commentaire. Le côté inquiétant est, je pense, d'une part lié au côté moderne et pop à la Hopper, et d'autre part aux thématiques funèbres, qui ne sont que sous-jacentes mais bien présentes. Dans le tableau sur la petite fille habillée de blanc dans un arbre, c'est flagrant.

olivier a dit…

ben à plus de 10 millions d'Euros la toile n'est on pas une "STAR" de la peinture ... évidemment qu'est ce que le prix pour une oeuvre?

barbara a dit…

oui c'est définitivement une star.
Dans le contexte, il y a quelques années la grosse com Saatchi sur certains peintres était rédhibitoire et donc je suis passée à côté de ce grand peintre... que j'ai vraiment découvert au Musée d'art moderne.